credits photo


FAMILLE
Cyprinidés
 
NOM LATIN
Rhodeus sericeus (Bloch, 1785)
 
NOMS FAMILIERS
Rosière, carpe de vallière, palet,pelletet, riolet, peulet
 
DESCRIPTION
Le corps est haut surtout chez le mâle et comprimé latéralement. Le dos est gris vert avec des reflets argentés. Les flancs sont argentés avec une bande bleuâtre de la nageoire caudale au milieu du flanc. Le ventre est blanc rose. Les écailles sont grandes. La nageoire caudale est assez longue et les autres nageoires sont peu développées. Sa tête est petite avec un grand œil.
 
REPARTITION ET HABITAT
La bouvière a deux aires de répartition : une en Extrême-Orient, l’autre en Europe. Sa distribution en Europe s’étend du nord et de l’est de la France jusqu’à la Russie. Elle ne se retrouve pas au sud des Alpes ni dans les îles britanniques et l’Irlande. En France, elle était absente dans le sud. Cependant, des individus ont été retrouvés en Provence et en Camargue. Son aire de répartition apparaît actuellement comme très fragmentée.
Ce poisson se retrouve essentiellement dans les eaux calmes et chaudes des rivières et des étangs de plaines avec des substrats sableux et légèrement envasés.
La répartition de la bouvière est largement conditionnée par la présence de mollusques notamment les moules d’eau douce du genre Anodonte et Unio qui abritent sa ponte.
Cette espèce n’a pas d’intérêt pour l’élevage ou la pêche. Elle ne pose pas de problèmes particuliers. Sa présence est plutôt le signe d’un bon état écologique de l’étang.

REPRODUCTION
La période de frai est en avril-juin. Le mâle se transforme. Sa poitrine et son ventre deviennent roses, voire rouges avec une bande latérale bleue verte. La présence des moules d’eau douce est indispensable pour la reproduction de cette espèce. Quand la ponte va intervenir, le mâle prend en charge un territoire sur lequel se trouvent plusieurs moules. Le moment venu, il accompagne la femelle jusqu'à l'une d'elles. La femelle pond de 30 à 40 œufs dans la cavité palléale d’une moule vivante grâce à un long tube de ponte (ovipositeur). Le mâle lâche sa laitance à proximité du bivalve. Le siphon inhalant de ce dernier aspire les spermatozoïdes avec l’eau filtrée. De moule en moule, la femelle et son mâle se livreront au même cérémonial. Le développement des œufs a lieu à l’intérieur de la moule. L'éclosion aura lieu au bout d’une quinzaine de jours. Les alevins partiront vers 2 à 3 semaines.
 
ALIMENTATION
Le régime alimentaire est omnivore. La bouvière se nourrit de mollusques, de larves d’insectes, de petits crustacés et d’autres invertébrés aquatiques ainsi que de débris de végétaux.
 
FICHE ALERTE
Cette espèce est susceptible de bénéficier de mesures de protection prises dans le cadre d’un arrêté de biotope (8/12/88). La bouvière devient rare du fait de la raréfaction de la moule d’eau douce dont elle se sert pour pondre.
Sa capture, transport et ou l'utilisation comme vif est interdit, remise à l'eau immédiate obligatoire.
   
© LA SARREBOURGEOISE 2015