credits photo

Une reine et sa hiérarchie

FAMILLE
Salmonidés
 
NOM LATIN
Salmo trutta fario
 
NOMS FAMILIERS
La belle mouchetée, la sauvage
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
Sa robe est différente selon l'habitat. Son dos et ses flancs vont du noir dans les torrents au vert olive clair dans les rivières de plaine à fond sabloneux, en passant par le gris ardoise sur les fonds schisteux. Les flancs sont garnis de points rouges et noirs auréolés de rose ou de bleu pâle. Ce poisson noble adopte un comportement particulier: dans un groupe (un "pool"), la truite la plus grosse, donc la plus ancienne, choisit le meilleur poste de chasse, là où le courant apportera le plus de nourriture. Les autres postes seront occupés par des truites de plus en plus jeunes. Si vous capturez la plus grosse, toutes les suivantes avanceront d'un rang et la deuxième pourra être prise sur le poste de la première.La truite fario est carnassière. Elle vit seule et possède deux types de poste: un poste de chasse où elle attend que le courant lui apporte sa nourriture et un poste de repos, en général abrité du courant.
 
REPARTITION ET HABITAT
Moins exigeante que la truite fario sur la qualité et la température de l'eau, on la rencontre surtout dans les rivières où elle est déversée, notamment en mars, au moment de l'ouverture. Il est rare qu'elle survive longtemps dans le milieu naturel. Elle trouve mieux sa place dans les lacs.
En Amérique du Nord, certaines souches de truite arc-en-ciel sont migratrices comme les saumons
.
 
REPRODUCTION
la reproduction a lieu en hiver, sur les zones amont des ruisseaux où les adultes remontent après une migration plus ou moins longue. La femelle va aménager une dépression dans les graviers et y pondre ses oeufs qu'elle recouvrira grossièrement. Les alevins naîtront au bout de plusieurs semaines (8 à 10) et à leur tour, migreront vers l'aval de la rivière où ils établiront chacun leur territoire.
 
ALIMENTATION
La truite fario est carnassière et exigeante. Elle n'hésite pas à pratiquer le cannibalisme si elle n"a rien d'autre à manger, dévorant ses propres oeufs ou les truitelles qui évoluent dans les parages. A la sortie du frai, elle préfère les proies importantes; en particulier les petits poissons, comme les vairons et les chabots, mais aussi les gros vers comme le lombric au moment des crues de printemps. Toutes les sortes de vers, vers de berge ou vers roses de fond, sont des nourritures appréciées. Le reste de l'année, les insectes à tous les stades (larve, nymphe, imago, subimago et spent) sont pour elle des mets de choix.
   
© LA SARREBOURGEOISE 2015