Le Mot du Président  

   

Les Sites de Pêche  

   

Galerie photos  

   

 credits photo

black bass

Un sportif très agressif

FAMILLE
Centrarchidés
 
NOM LATIN
>Micropterus dolomieu
 
NOMS FAMILIERS
Achigan, Petite bouche
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
Le black-bass est un poisson originaire des USA. Son corps est ovale et sa tête représente le tiers de sa longueur. Il a une mâchoire inférieure proéminente et sa gueule largement fendue lui permet de s'attaquer à des proies volumineuses. Sa nageoire dorsale comprend une partie constituée de rayons épineux et d'une partie se composant de rayons rameux. Le black Bass a généralement un dos très foncé de couleur vert olive et un ventre de couleur argentée. Ses flancs laissent parfois apparaître une bande de losanges noirs. C’est le poisson emblématique des pêcheurs sportifs aux leurres, celui grâce auquel nos techniques ont considérablement évolué ces dernières années tant il exacerbe les passions. Un puissant adversaire, dont les pics d’activités sont, une fois n’est pas coutume chez les carnassiers, observés à la belle saison.
 
REPARTITION ET HABITAT
Etangs, lacs et plus rarement rivières. L'été il reste près de la surface, dans les herbes ou dans les endroits encombrés, plus les températures se rafraichissent et plus il descend dans les couches d'eaux. Il s'est acclimaté dans beaucoup de régions suite à des immersions massives. Il commence à ce reproduire un peut partout, même au nord de la Loire. Ailleurs les populations sont maintenues par alevinages.
 
REPRODUCTION
Le black-bass se reproduit durant le printemps, lorsque la température de l'eau atteint 16 à 18°C. Comme chez tous les Centrarchidés, c'est le mâle qui assume la plus grand part du travail. Il prépare tout d'abord dans une zone peu profonde, un nid en forme de cuvette où il attire une femelle qui y dépose de 4000 à 6000 ovules. Une fois les œufs fécondés, le mâle chasse la femelle et garde farouchement la ponte dont l'incubation dure de 5 à 6 jours. Il protège ensuite la progéniture durant 2 à 3 semaines, jusqu'à leur premiers coups de nageoires. Les jeunes vivront en groupe durant plusieurs années. Leur croissance est assez rapide, à la fin de la première année, ils atteignent 12 à 15 cm. Ils finiront leur vie solitaire.
 
ALIMENTATION
Le black-bass se nourrit de jeunes crustacés, d'invertébrés, de poissons. Il peut sauter hors de l'eau pour capturer une grenouille posée sur un nénuphar par exemple. Opportuniste, le black-bass est capable d'avaler tout rond tout ce qui passe à sa portée. Tout rentre dans sa grande gueule : insectes et mammifères aquatiques, petits poissons, grenouilles, rongeurs, oisillons ! Son régime alimentaire très varié lui permet de s'adapter un peu partout pour peu que les gros prédateurs tels que brochets et silures ne soient pas dominants.

 credits photo

La rivière a son géant

FAMILLE
Siluridés
 
NOM LATIN
Siluris glanis
 
NOMS FAMILIERS
Glane, gros moustachu
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
Depuis que ce poisson progresse dans nos grandes rivières, il est désormais possible de pratiquer la pêche au gros en eau douce
  
En 1851, le zoologiste Valenciennes fit venir des silures de Berlin au Muséum d'Histoire Naturelle. En 1857, ce carnassier géant fut introduit dans le Doubs. Voilà pour l'histoire ancienne d'un poisson qui passe parfois pour un requin d'eau douce, ce qu'à l'évidence il n'est pas.
Son corps allongé, épais et flasque se termine par une très longue nageoire anale. Sa tête est massive et aplatie, piquée de deux tout petits yeux et prolongée de 6 barbillons qui lui servent à palper. Sa gueule est tapissée d'une infinité de dents minuscules formant des râpes.
Le plus gros spécimen capturé en France mesurait 2,60 mètres pour 100 kilos, loin du record connu de l'espèce : 5 mètres et 306 kilos, en Russie dans le Dniepr
.
 
REPARTITION ET HABITAT
C'est un poisson de fond qui affectionne les fosses dans les grands fleuves (Seine, Rhin, Rhône, Loire, Garonne) et a su d'adapter aux grandes rivières (Saône, Seille, Dordogne, Adour). Il est aussi présent dans de nombreux étangs et lacs
 
REPRODUCTION
En mai-juin, le frai débute quand la température de l'eau est à 20°C. La femelle pond des dizaines de milliers d'œufs dans une cavité de la rive que la mâle a nettoyé et qu'il protège contre les indésirables, en bon père de famille, tant que sa progéniture reste au nid
 
ALIMENTATION
Vers, écrevisses, moules, poissons blancs surtout des brèmes, rongeurs et oiseaux aquatiques figurent à son menu très éclectique. Les vifs de 25 centimètres que lui proposent certains pêcheurs ne lui posent aucun problème

 credits photo

La meute est lâchée!

FAMILLE
Percidés
 
NOM LATIN
Perca fluviatilis
 
NOMS FAMILIERS
Boyat, perchaude, percot, perdrix d'eau douce, zébrée
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
C'est une assurance anti-bredouille. Elle se pêche au coup mais aussi au lancer. C’est le poisson idéal pour découvrir la pêche des carnassiers
Le corps large, de gris vert à brun et couvert d'écailles rugueuses, avec des zébrures verticales, et des nageoires orangées, elle ne passe pas inaperçue, la perche. Les rayons épineux de sa nageoire dorsale antérieure peuvent blesser. Sa taille moyenne : 25 à 35 centimètres pour 250 à 500 grammes. Là où elles sont trop nombreuses, les perches sont atteintes de nanisme.
 
REPARTITION ET HABITAT
Elle abonde à peu près partout en France, dans les eaux calmes et riches en végétation, attirée par la proximité des obstacles, souches, racines, et des parois verticales. Elle vit en bancs de sujets de la même génération que seule la mort semble séparer
 
REPRODUCTION
Entre avril et juin, nageant en zigzags, la femelle déroule sur les herbiers, les racines et les bois immergés un long ruban d'œufs agglutinés que les mâles fécondent
 
ALIMENTATION
Poissons grégaires, les perches chassent, en meutes très organisées, les goujons, gardons, ablettes, etc. Elles se nourrissent aussi de larves, de vers et de crustacés

 credits photo

Une espèce prolifique

FAMILLE
Percidés
 
NOM LATIN
Stizostedion lucioperca
 
NOMS FAMILIERS
Fogash, sanda, perche-brochet
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
Sa pêche est, dans bien des régions, aussi populaire que celle du brochet.Elle fait aussi l’objet d’une taille légale de capture : 40 cm minimum.
  
Originaire d'Europe centrale, c'est un chasseur au corps élancé, à la tête pointue, avec une gueule fendue aux mâchoires impressionnantes. Sa robe est gris-verdâtre, striée de rayures sombres. Sa nageoire dorsale antérieure comporte des rayons épineux. Ses yeux sont d'un blanc opalescent. Il mesure en moyenne 50-70 centimètres, pour 1 à 6 kilos. Il peut atteindre 1mètre et peser 10 kilos.
 
REPARTITION ET HABITAT
A peu près partout dans l'Hexagone et tous les milieux aquatiques l'accueillent, pourvu que les eaux y soient profondes, faiblement courantes, de préférence un peu troubles et encombrées de bois morts.
Une idée répandue veut que le sandre soit responsable de la régression du brochet. C’est inexact. En réalité, le brochet pâtit de la dégradation des milieux aquatiques, tandis que le sandre, lui, s'en accommode au mieux
 
REPRODUCTION
Entre avril et juin, le frai du sandre a lieu, sur un lit de sable ou de graviers, assez profond (1,50 mètre environ). C'est une affaire de couples : le mâle ébauche un nid ; la femelle, très prolifique, y pond entre 100 000 et 200 000 œufs par kilo de son poids ! Le mâle veille sur les œufs, les ventile, chasse les intrus. Très agressif, il est alors vulnérable aux sollicitations des pêcheurs indélicats
 
ALIMENTATION
Il chasse en troupe les crustacés et les petits poissons blancs. Il lui arrive de laisser ses proies agonisantes sur le fond pour revenir ensuite les manger, une fois sa chasse terminée.

 credits photo

La gueule de l'emploi

FAMILLE
Ésocidés
 
NOM LATIN
Esox lucius
 
NOMS FAMILIERS
Bec, bec de canard, brouché, grandgousier, luceau, pogneau
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
C'est le roi des poissons carnassiers, le plus vigoureux au bout d'une ligne.
Pour protéger sa reproduction, sa pêche est fermée de février à mai et fait l’objet d’une taille légale de capture : 50 cm minimum.
  
Ce chasseur à l'affût est un maître dans l'art du camouflage : son corps très fuselé, vert-brun avec des vermicules jaunâtres (taches en forme de vers) et de multiples variations de teinte selon le milieu, se dissimule parfaitement dans les herbiers. Sa tête plate lui vaut son surnom de "bec de canard" ; elle est trouée dessus et dessous de pores céphaliques, grâce auxquels il se repère dans l'espace et localise ses proies.
Ses flancs sont tachetés et son ventre blanc nacré. A l'arrière, il est équipé de puissantes nageoires propulsives qui en font un redoutable sprinter.
Un brochet adulte mesure en moyenne 50 centimètres à 1 mètre pour 2 à 10 kilos, mais les brochets de 1,20 mètre et plus sont un rêve de pêcheur encore accessible. De rares spécimens dépassent 1,30 mètre et 25 kilos.
 
REPARTITION ET HABITAT
Présent dans toute la France , il est plus abondant au nord de la Loire , et ses populations décroissent à mesure qu'on va vers le sud. Il affectionne les zones riches en végétation des rivières, des étangs, des canaux et des lacs (où se prennent les plus gros sujets). Il lui faut aussi des eaux assez limpides car le brochet souffre beaucoup de la turbidité (matières en suspension)
 
REPRODUCTION
En fin d'hiver-début de printemps, sur les prairies inondées où l'eau est peu profonde, la femelle dépose 10 000 à 20 000 œufs par kilo de son poids. Ils se collent aux herbes (en général, des graminées). Après éclosion, les larves y restent fixées par la tête, au moyen d'une papille adhésive. Les alevins se nourrissent de zooplancton, puis de petits invertébrés, enfin d'alevins de poissons blancs. Si la nourriture vient à manquer, lorsqu'ils atteignent 5 à 8 centimètres, il est fréquent que les jeunes brochets s'entredévorent. C’est le phénomène de cannibalisme
 
ALIMENTATION
La gueule du brochet est tapissée de quelque 700 dents dirigées vers l'arrière. Son attaque se déroule toujours de la même façon : il capture sa proie par le travers puis la retourne et l'avale tête la première.
Il est piscivore - les poissons blancs sont ses proies favorites - mais il lui arrive aussi de consommer des vers, des crustacés, des grenouilles et, plus rarement, des petits rongeurs et des canetons.
Contrairement à sa légende, son appétit n'est pas gargantuesque : il ne mange qu'à sa faim, et digère lentement. Les gros sujets âgés, mangent peu par rapport à leur poids.
   
© LA SARREBOURGEOISE 2015