credits photo

Le gardon rouge

FAMILLE
Cyprinidés
 
NOM LATIN
Scardinius erythrophtalmus
 
NOMS FAMILIERS
Chardin, évêque, gardon de fond, rossard, salogne, sergent
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
Le rotengle se pêche comme le gardon, à deux nuances près : par temps froid, il faut aller le chercher sur le fond, et en été il se tient près de la surface.
  
Sa ressemblance avec le gardon est évidente, mais le pêcheur, lui, sait faire la différence au premier coup d'œil. Le dos du rotengle est plus bombé et sa robe à des couleurs plus vives : flancs argentés, rehaussés de reflets pourpres, nageoires rougeâtres. D'où son surnom de gardon rouge ; d'ailleurs les deux espèces s'hybrident.
Sa bouche est plus nettement orientée vers le haut que celle du gardon et ses yeux sont
cerclés de jaune.
Le rotengle adulte mesure de 20 à 50 centimètres et peut peser jusqu'à 2 kilos
 
REPARTITION ET HABITAT
Il est présent partout en France, dans les étangs et les eaux calmes, en grande rivière et en fleuve. Il vit en bancs et apprécie la proximité des herbiers où il trouve le gîte et le couvert. C'est d'ailleurs en bordure de ces herbiers, ou dans les couloirs qui les traversent, que sa pêche est la plus fructueuse
 
REPRODUCTION
Entre avril et juin, la femelle pond de 100 000 à 200 000 œufs dans la végétation aquatique, tandis que le mâle présente sur la tête et le dos des boutons blanchâtres, caractéristiques de son état nuptial
 
ALIMENTATION
Toutes sortes d'invertébrés (vers, mollusques, larves et insectes) constituent son ordinaire ; les végétaux aussi, surtout en été quand ils sont abondants.
   
© LA SARREBOURGEOISE 2015