credits photo

L'omnivore des quatre saisons

FAMILLE
Cyprinidés
 
NOM LATIN
Leuciscus cephalus
 
NOMS FAMILIERS
Cabot, chavasson, étouffe-belle-mère, garbeau, garbotiau, meunier, vilain
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
On peut le pêcher toute l'année, à toutes sortes de techniques dont la pêche à la mouche.
  
Une tête massive, une large bouche, le chevesne (on écrit aussi chevaine) est l'un des plus gros cyprinidés de nos rivières. Il peut mesurer jusqu'à 70 centimètres pour un poids de 6 kilos. Mais en moyenne, il fait de 20 à 50 cm, et de 600 grammes à 4 kilos. Les larges écailles argentées de son corps fuselé sont bordées d'un liseré sombre. Son dos est brun et ses nageoires colorées de rouge. Il vit en bancs importants qui regroupent, en général, des individus de même taille.
 
REPARTITION ET HABITAT
Présent un peu partout en France, son milieu préféré, c'est les eaux rapides, fraîches et bien oxygénées, mais on le trouve aussi dans les courants lents et les eaux troubles des fleuves, ainsi qu'en lac.
 
REPRODUCTION
Entre avril et juin, les géniteurs se rassemblent en grand nombre, en eaux calmes, à proximité des herbiers ou des gravières pour y déposer leurs œufs très collants (au moins 100 000 par femelle).
La fréquente cohabitation entre chevesnes, vandoises et ablettes
produit des poissons hybrides qui ne s'identifient vraiment à aucune de ces espèces
.
 
ALIMENTATION
Le chevesne est résolument omnivore. Tout y passe : invertébrés aquatiques, insectes des berges, graines et fruits - la pêche du chevesne à la cerise est un grand classique - végétaux divers. Il est tout aussi friand de déchets
alimentaires qu'il recueille à la sortie des égouts. Et les plus gros chevesnes sont volontiers carnassiers
.
   
© LA SARREBOURGEOISE 2015