credits photo

breme 

Les "plateaux" font de la résistance

FAMILLE
Cyprinidès
 
NOM LATIN
Abramis brama (brème commune),
Blicca bjokna (brème bordelière)
 
NOMS FAMILIERS
Plateau, bramo, virvolle, brème franche, brémaille
 
INTERÊT DE SA PÊCHE
En mettant en travers du courant leur corps large et plat - d'où leur surnom de
"plateaux" - les brèmes offrent une belle résistance au pêcheur au coup.
 
Très répandues dans nos fleuves, rivières et plans d'eau, les brèmes ont donné leur nom à la zone la plus en aval de nos cours d'eau.
Bordelière et commune ont un corps étroit, tout en hauteur ; leurs nageoires sont amples et leur peau recouverte de larges écailles argentées. Signe distinctif : les nageoires ventrales de la bordelière sont rougeâtres à la base tandis qu'elles sont grises chez la commune dont le dos est d'une belle couleur bronze.
La commune est plus grande : 30 à 60 centimètres pour 300 grammes à 2 kilos, alors que la bordelière dépasse rarement 40 centimètres.
Ce qui frappe chez les brèmes, c'est l'épais mucus qui les recouvre. Son odeur est forte et désagréable. Après avoir pêché la brème, il faut rincer le matériel à grande eau.
 
REPARTITION ET HABITAT
Les brèmes vivent en bancs dans toutes les eaux stagnantes ou lentes, et chaudes, à fond limoneux ou vaseux. La bordelière semble absente de certains départements du sud-ouest.
 
REPRODUCTION
En mai-juin sur les hauts-fonds ; le frai donne lieu à beaucoup d'animation dans les herbiers. Les femelles pondent 30 000 œufs par kilo de leur poids, sur plusieurs jours.
A noter que les deux espèces de brème s'hybrident entre elles et avec le gardon
.
 
ALIMENTATION
En fouillant la vase de leur bouche protractile, elles se nourrissent de vers, de larves, de petits crustacés, de mollusques et parfois des œufs d'autres poissons. Les gros sujets s'attaquent même aux alevins.
   
© LA SARREBOURGEOISE 2015