credits photo

Exigente

FAMILLE
Pétromyzonidés
 
NOM LATIN
Lampetra planeri
 
NOMS FAMILIERS
lamprillon, chatouille
 
DESCRIPTION
La lamproie de Planer est recouverte d’une peau lisse sans écaille sécrétant une forte quantité de mucus.
Adulte, elle est de couleur bleu-vert, avec les flancs jaunes et le ventre blanc.
Elle mesure en général de 12 à 20 cm pour un poids de 2 à 5 g. Elle se distingue par une bouche sans mâchoire mais pourvue d’une ventouse, et par l’absence de nageoires paires. D’autre part les nageoires caudales et dorsales sont en contact. Les orifices respiratoires, ou spiracles, sont toujours au nombre de sept et à chacun correspond une poche branchiale en forme de sac. Les lamproies absorbent et rejettent l'eau par les spiracles, du moins au stade adulte, grâce à de rapides contractions des sacs branchiaux. L'absorption de l'eau par la bouche est rare.
Comme chez les autres lamproies, l'espèce présente un dimorphisme sexuel, le mâle étant plus petit que la femelle en général.
 
REPARTITION ET HABITAT
elle est très commune dans les rivières qu'elle semble ne pas quitter, on pense qu'elle passe l'hiver enfouie dans la vase. Cependant il semble assez logique d'admettre que, parvenue à l'état adulte, elle gagne la mer pour revenir ensuite sous forme de lamproie fluviatile. C'est une espèce très proche de la lamproie fluviatile (Lampetra fluviatilis), possède la même distribution géographique. Vivant uniquement en eaux douces, elle est présente dans les cours d'eau et occasionnellement dans les lacs au Nord-ouest de l’Europe (Kelly et King, 2001). Sa distribution s’étend de l’Europe de l’Est et du Nord jusqu’aux côtes italiennes et portugaises.

REPRODUCTION
La reproduction s’effectue au printemps, principalement pendant les mois d’avril et de mai (P. Keith & Allardi, 2001), pour une température comprise entre 8 et 11 °C. La période de frai est donc variable à cause de la température et peut s’étaler de février à mai. La maturité sexuelle est atteinte à partir d’une taille de 9-15 cm. Certains auteurs pensaient autrefois que la plupart des lamproies de planer mouraient après la reproduction, mais que certaines gagnaient la mer et revenaient ensuite sous forme de lamproies marines. Les femelles construisent un nid de forme ovale, de 4 à 10 cm de profondeur en fonction du nombre de participants à sa construction (Tronche, 2000). Jusqu’à 30 individus peuvent se reproduire sur un même nid. Le mâle s’enroule alors autour de la femelle qui est fixée sur le fond grâce sa ventouse. Les œufs fécondés tombent au fond du nid où ils s’enfoncent dans les sédiments. La fécondité est assez élevée avec 440 000 ovules/kg de poids vif. Après la reproduction les adultes meurent, ceux-ci ne se reproduisent qu’une seule fois au cours de leur vie.
 
ALIMENTATION
La nourriture des larves ou ammocètes (étant encore aveugles) est essentiellement constituée de petites espèces vivant dans la vase qu'elles filtrent. Quant aux adultes, ils ne se nourrissent pas.
 
FICHE ALERTE
Cette espèce est en forte régression partout. Plutôt fréquente dans le nord est de la France, elle a quasiment disparu du Sud-Est
Sa capture, transport et ou l'utilisation comme vif est interdit, remise à l'eau immédiate obligatoire.
   
© LA SARREBOURGEOISE 2015