Le Mot du Président  

   

Les Sites de Pêche  

   

Galerie photos  

   

 credits photo

FAMILLE
Cyprinidés
 
NOM LATIN
Pseudorasbora parva (Temminck & Schlegel, 1846)
 
NOMS FAMILIERS
Chat, barbichu, petit silure
 
DESCRIPTION
Son corps est allongé, de couleur gris argenté à verdâtre, le dos étant sombre  et les côtés plus clairs. Un liseré plus foncé se dessine sur le bord postérieur des écailles, et une bande brune  est visible sur les flancs, en particulier chez les juvéniles. La tête présente une fente buccale caractéristique, presque verticale lorsque la bouche est fermée. Les nageoires dorsales et anales sont courtes. En période de reproduction,  le mâle présente des boutons nuptiaux très développés autour de la bouche et des yeux, tandis que sa couleur générale vire au gris violacé ; la femelle arbore de son côté une teinte plus dorée. Le pseudorasbora  est un petit poisson, la taille des plus gros spécimens ne dépassant guère 12 cm.
 
REPARTITION ET HABITAT
Le pseudorasbora est originaire de l’est de l’Asie : Japon, Chine, Corée et bassin du fleuve Amour. Introduit en Roumanie sous forme d’alevins en 1960, il a rapidement colonisé le bassin du Danube. La rapide progression en Europe et en Afrique du Nord est liée à des introductions accidentelles et / ou volontaires et à sa forte capacité à coloniser de nouveaux habitats. Les conditions de son introduction en France ne sont pas précisément connues mais dateraient de la fin des années 70. Souvent déversée en tant que poisson fourrage, cette espèce est surtout présente dans le centre et l’est de la France.
On peut trouver le pseudorasbora en eau courante, mais il semble qu’il préfère les eaux lentiques ou stagnantes : grands et petits cours d’eau lents de plaine, canaux, étangs, etc.…  Certaines lagunes côtières saumâtres de France présentent des populations bien établies (Camargue…).
 
REPRODUCTION
La reproduction a lieu dès la première année au printemps. La ponte importante est souvent déposée sous la face inférieure d’objets immergés. Les mâles présentent alors des boutons de noces très développés.
 
ALIMENTATION
Son alimentation est omnivore. Il se nourrit aussi bien de mollusques, de larves d’insectes, de petits crustacés et de débris de végétaux.
 
FICHE ALERTE
Classé comme nuisible  à  l’échelle mondiale (risque de compétition, prédation des pontes, vecteur de certains parasites…), le pseudorasbora n'a cependant fait l’objet,  jusqu’à maintenant  d'aucune étude scientifique sérieuse prouvant un quelconque impact sur les populations piscicoles autochtones.
Son transport vivant et ou l'utilisation comme vif est interdit, destruction immédiate obligatoire.

 credits photo

FAMILLE
Centrarchidés
 
NOM LATIN
Lepomis gibbosus (Linné, 1758)
 
NOMS FAMILIERS
Boër, perche arc en ciel, calicot, perche dorée, perche d'Amérique ou du Canada, crapet soleil
 
DESCRIPTION
La perche soleil n’est pas de la même famille que la perche commune. Elle a un corps fortement comprimé latéralement très surélevé, discoïde, vivement coloré, bariolé à reflets irisés et chatoyants. Le ventre est d’un jaune safran légèrement rosé. Des marbrures bleues et oranges agrémentent le côté de la tête et une tâche rouge et noire est présente au bord de l’opercule. Le bord des écailles est finement denticulés voire lisse rendant un toucher peu rugueux à l’inverse de la perche commune.
La nuque est légèrement proéminente. La tête, relativement grande, est dotée d’un œil bien développé. La bouche est petite et oblique. Les joues sont recouvertes d’écailles. La ligne latérale est élevées suivant sensiblement la courbure du dos. La nageoire dorsale, qui se dresse sur la quasi-totalité du dos, est constituée de deux parties fusionnées ; l’une épineuse à l’avant, l’autre plus haute. Les 2 parties sont constituées de rayons mous à l’arrière.
Sa taille adulte moyenne est d’environ 8 à 10 cm voire jusqu’à 15-20 cm pour un poids ne dépassant pas les 100 g.
 
REPARTITION ET HABITAT
La perche soleil est originaire du Nord-est de l’Amérique du Nord. Elle a été introduite en France en 1877 et sa reproduction artificielle a été obtenue pour la première fois en 1887. Son extension en France s’est poursuivie de la fin du 19e siècle au début du 20e siècle. Elle est actuellement partout présente en France sauf en Corse.
La perche soleil se rencontre dans les eaux claires, calmes et peu profondes des rivières, canaux, ballastières et étangs, généralement envahis par la végétation. Un simple trou d’eau lui suffit. Les eaux froides et une altitude élevée lui font obstacle.
 
REPRODUCTION
La perche soleil atteint sa maturité sexuelle vers 3 ou 4 ans selon le sexe. La période de reproduction varie selon les régions. En général, elle se déroule en mai-juin dans des endroits à l’abri des courants et sur les bas-fonds quand la température atteint 19-20°C. La formation de bancs et les luttes sexuelles entre mâles, précèdent la constitution de couples. Environ 600 à 5 000 ovules réunis dans un mucus sont déposés par la femelle dans une petite cavité creusée dans le sol. Les œufs fécondés sont surveillés par le mâle pendant l’incubation qui dure environ 5 jours. Après éclosion, les larves se mettent à consommer du phytoplancton jusqu’à la taille de 5 cm.
 
ALIMENTATION
Carnassière, elle se nourrit de larves, d’insectes, de petits crustacés, de vers, de mollusques mais aussi d’œufs et d’alevins de poissons ce qui peut poser des problèmes dans les étangs piscicoles.
 
FICHE ALERTE
Sa présence est susceptible de provoquer des désordres pour l’environnement aquatique. Son introduction en étang est interdite et de toute façon à éviter.
Lors de la vidange, les perches soleils devront être triées du stock de poisson récolté puis détruites. Par ailleurs, le stock de poissons à empoissonner doit être fortement surveillé. La présence de carnassiers comme le black bass permet de réduire la présence de cette espèce.
Son transport vivante et ou l'utilisation comme vif est interdit, destruction immédiate obligatoire.

 credits photo

FAMILLE
Ictaluridés
 
NOM LATIN
Ictalurus melas (Rafinesque, 1820)
 
NOMS FAMILIERS
Chat, barbichu, petit silure
 
DESCRIPTION
Le corps est moyennement allongé, la peau nue recouverte d’une épaisse couche de mucus. Il existe une nageoire dorsale adipeuse. La tête est large et aplatie. La bouche est grande et entourée de 8 barbillons. Les premiers rayons épineux des nageoires dorsales et pectorales sont légèrement denticulés. La coloration du corps est assez homogène, le dos est brun plus ou moins foncé et le ventre jaune. Le poisson-chat mesure en moyenne 15 à 30 cm pour un poids de 100 à 300 g. Certains gros spécimens atteignent les 45 cm pour un poids supérieur à 1 kg. Sa durée de vie est d’environ 8 ans.
 
REPARTITION ET HABITAT
Le poisson-chat est originaire d’Amérique du Nord. Il a été introduit en France en 1871 et se serait rapidement évadé des bassins du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris pour gagner la Seine toute proche. Au début du 20e siècle, des recommandations ont été faites afin d’introduire cette espèce dans les secteurs hydrographiques les plus pollués.
Le poisson-chat est maintenant largement répandu en France mais ces populations semblent régresser en raison de la probable émergence de maladies.
Le poisson-chat est une espèce d’eau tempérée et peu courante. C’est un poisson de fond qui se protège de la lumière. Peu exigeant sur la qualité de l’eau, il est capable de vivre dans des eaux peu oxygénées. Lorsque l’eau descend en dessous de 14°C, le poisson-chat entre en hibernation. De mœurs grégaires, il peut vivre en bancs très denses.
 
REPRODUCTION
Le poisson-chat est mature entre 2 et 3 ans. Il est très prolifique. Le frai est en juin-juillet lorsque la température de l’eau atteint les 18°C. Le couple géniteur prépare un nid sur un fond sableux ou vaseux. La femelle va y déposer environ 5 000 œufs. La ponte est ensuite protégée et entretenue par le mâle limitant l’impact des prédateurs. Seuls, des poissons comme le Black bass ou l’anguille ne se laisse guère intimider. Cette protection se poursuit après l’éclosion qui a lieu au bout de 7 à 10 jours, les alevins restant groupés en boule caractéristique pendant plusieurs semaines. Cependant, les adultes peuvent s’attaquer à leurs alevins ultérieurement.
 
ALIMENTATION
C’est une espèce omnivore. Les alevins se nourrissent d’abord de petits cladocères puis de larves d’insectes et de fragments de végétaux. Une fois adulte, c’est une espèce vorace. Se déplaçant lentement à proximité du fond qu’il palpe grâce aux expansions sensitives très sensibles de ces barbillons, il ratisse en ingurgitant toute nourriture susceptible de lui convenir comme les pontes et les alevins d’autres espèces mais aussi les vers, crustacés etc..
 
FICHE ALERTE
Classée « espèce susceptible d’engendrer des déséquilibres biologiques », son impact sur le fonctionnement de ses écosystèmes d’accueil n’a jamais été vraiment démontré.
Le poisson chat survit à l'assèchement enfoui dans la vase, ainsi pour s'en débarrasser complètement il faut chauler l'assiette lorsque le terrain est accessible. Sinon, tout comme la perche soleil, la vidange, le tri puis la destruction permettent de limiter son développement. La présence de black-bass permet de limiter son expansion.
Son transport vivant et ou l'utilisation comme vif est interdit, destruction immédiate obligatoire.
   
© LA SARREBOURGEOISE 2015