L'étang de Gondrexange est le plus important de l'arrondissement.

Il est situé à 268 mètres au-dessus du niveau de la mer. Sa plus grande profondeur est de 5,50 mètres, sa superficie de 698 hectares, son cubage de 14.000.000 mètres cube. Il est traversé par les canaux de la Marne au Rhin et par celui des Houillères qu’il alimente tous deux. Ce dernier prend d’ailleurs son point de départ à la jonction entre le petit côté (plage) et le grand côté. L’étang de Gondrexange    a pour baies la cornée de Réchicourt ainsi que celle de la Canardière, appelée "Petit Etang" avec l’ancienne cornée appelée jadis Cornée d’Onkespur ou "Devant la Canardière" Ses satellites sont au nord-ouest, le Rohrweiher (étang du Roseau), au sud l’étang de Ketzinq, le Neuf Etang, l’étang du Bois, la Grande-Frade, la Petite-Frade, l’étang de la Folie, les deux petits étangs Boulé et l'étang des Peupliers (anciennement étangs de Haussoncille qui ont ensemble 6 hectares). Total 11 étangs: 793 hectares. En 1373, les comtes de Linange - Réchicourt, ainsi que les comtes de la Petite pierre, seigneurs à Sarreck "aménagèrent" l'étang de Gondrexange par la fusion de plusieurs petits étangs entre autres le Litscherweiher nom qu'il garda d'ailleurs encore longtemps après. En 1401, l’étang appartenait aux évêques de Metz qui en cédèrent la moitié au duc le Lorraine et lui donnèrent l'autre moitié en fief. En 1427, la tour de la digue était tombée en ruines et en 1433 l’évêque donna l’autorisation de la reconstruire. En 1472 la part Lorraine fut donnée en fief au comte de Litzelbourg capitaine de Sarrebourg. En 1493, il était la propriété des évêques de Metz et des comtes de Linange – Réchicourt. En 1526, un "huitième" passa aux comtes de Linange – Réchicourt  en echange du moulin de Sarrebourg tandis qu'ils détenaient déjà en fief un autre "huitième". Après eux les comtes de Nassau – Sarrewerden , les ducs de Guise, de Beauvau, les ducs de Bouillon, le maréchal de Richelieu et autres seigneurs en devinrent propriétaires. En 1880, les Allemands exhaussèrent l’étang. Les dépenses s’élevèrent pour l’époque à 1,2 million.

Mais malgré ces travaux l’étang ne contenait pas encore assez d’eau pour l’alimentation des canaux Alors on eut recours aux eaux des Sarre rouge et blanche pour y subvenir. Un canal fut établi près Lorquin (écluse du Hazard) et près de Nitting. Et, si l'homme prévoyant n'avait pris ses précautions, les canaux seraient malgré tous ces efforts obligés de chômer souvent. C'est pourquoi on dut établir, il y a de cela plus de 70 ans, des turbines régulatrices de l'alimentation des canaux en eau mais à la longue, celles-ci vieillirent et durent être remplacées. Aussi y est-il actuellement installé une usine élévatoire électrique moderne et modèle qui est une merveille dans son genre.

Elle a été montée par la maison Desmaret de Paris et se trouve à l'étang dit Cornée de Réchicourt. Le pavillon aux larges baies qui renferme l'élévatoire est un coquet bâtiment. L'intérieur est net et les couleurs sont d'un très heureux effet. Cette usine qui était à l'époque la première du genre en Alsace – Lorraine est pourvue de 3 puissants moteurs qui amènent le trop plein d'eau du canal et le déverse dans l'étang et inversement, ils ramènent le trop plein de l'étang au canal quand celui-ci n'a pas atteint son niveau normal. Les trois pompes en fonction débitent ensemble 2,5 mètres cube par seconde soit 150 par minute ou 9000 par heure. La chute des eaux qui produisent les moteurs en plein rendement est telle que l'on se croirait à la cascade du Rhin près de Schaffhouse. On ne peut qu'être émerveillé à ce spectable. Le canal d'alimentation des deux Sarre fournit l'eau au canal de la Marne au Rhin à Hesse, Dès que les deux Sarre ont atteint un débit de 70000 mètres cube. Au dessous de cette quantité, il ne peut en être question. Ce fut le cas en 1921, année de grande sécheresse et cela ne s'était pas vu depuis 50 ans. C'est en novembre après les grandes chaleurs de l'été que l'usine élévatoire électrique entre en pleine action. Cela dure environ 6 semaines, ou par jeux de siphons on emmagasinera aussi l'eau dans le "Grand côté" et le "Petit côté". Dans le courant de l'année on a rarement recours au pompage. Les forêts qui l'encadrent: les Hauts-Hêtres, le Ketsinol, le Chabos, le bois des Enfants à l'ouest; le bois du Houzard, le bois d'Alguemalt, le Cronbus ainsi que le bois Nerville à l'est. Total: 7 forêts.

   
© LA SARREBOURGEOISE 2015